En3s
Formation continue > Actualités > Régimes spéciaux : entretien avec Gilles Not (CNBF)

Régimes spéciaux : entretien avec Gilles Not (CNBF)

Fondés sur une logique professionnelle ou d’entreprise, les régimes spéciaux prennent en charge une part importante de la population française.

A la lisière du système de Sécurité sociale, ils présentent de nombreuses spécificités dans leur organisation ou leur fonctionnement. Ils se caractérisent ainsi par une prise en charge éclatée des différents risques (maladie, famille, retraite, accidents du travail…) entre les entreprises ou les institutions elles-mêmes, des caisses spécifiques ou les organismes du régime général. Ils exercent parfois les missions d’une caisse de base et d’une caisse nationale.

Pour autant, leurs enjeux ne s’éloignent pas de ceux des organismes des autres régimes de Sécurité sociale. Il s’agit ainsi de :
- définir la stratégie de branche et négocier les COG
- Assurer la bonne réalisation des prestations et garantir l’accès aux droits de leurs affiliés.
- Améliorer la qualité de services rendus à l’usager.
- Améliorer l’efficience et la gestion interne pour dégager des marges de manœuvre dans un contexte de contrition budgétaire

Face aux défis que représentent notamment la réduction du nombre de régimes spéciaux, leur rapprochement en termes de politiques de prestations ou de qualité de service des standard du Régime général, il est de plus en plus important pour ces régimes d’offrir une qualité de service optimale et efficiente. L’une des pistes pour y parvenir est la mise en œuvre d’une politique ambitieuse de formation des collaborateurs.

L’Ecole accueille régulièrement, que ce soit dans ses journées d’étude ou lors des formations courtes du catalogue, des stagiaires issus des différents régimes spéciaux*. Elle accompagne également ces régimes par des intra et ajuste son intervention en fonction des attentes de chacun.

 

Pour en savoir plus, l’Ecole a donné la parole à Gilles NOT, Directeur de la CNBF, Caisse nationale des barreaux français.Créée en 1954, la Caisse nationale des barreaux français est constituée d’un établissement unique situé à Paris. Elle emploie 78 salariés pour gérer 4 types de prestations (retraite de base, retraite complémentaire, invalidité-décès, aide sociale) à destination de 65.000 cotisants et de 15.000 pensionnés.

 

 

GN : La formation a longtemps été le parent pauvre des investissements de la caisse dans le domaine des ressources humaines. Tout juste était-elle jugée utile dans le domaine bureautique.Le tournant de professionnalisation des RH à partir de 2012 a engagé la caisse dans un processus d’accompagnement des défis et changements.La professionnalisation des fonctions de directeur et d’agent comptable, nouvellement recrutés, a tout d’abord conduit à la formation des agents de direction dans les domaines du management, de la conception et de la gestion budgétaire, du contrôle interne, du contrôle de gestion.Les projets et chantiers ouverts sont stratégiques : refonte de l’organigramme interne, réforme des régimes de base, complémentaire, invalidité, refonte totale du système d’information, pilotage de la production, déploiement d’un dispositif de contrôle interne structuré et d’une gestion par processus, outre les importantes évolutions réglementaires tant dans le domaine du recouvrement que dans celui des prestations, ainsi que le déploiement d’une stratégie de mutualisation.

 

GN : La formation pose un cadre et une méthodologie de travail à nos équipes d’encadrement. La plupart des responsables en poste sont des opérationnels qui ont évolué de par leur ancienneté sans pour autant avoir reçu de formation à la posture du manager, au pilotage en autonomie de leur service et de la production. La position de l’ancienne direction qui faisait du directeur le décisionnaire en toute chose a totalement changé. Désormais, il est attendu des managers un changement culturel : délégations, culture de l’écrit, gestion par mode processus, reporting, intégration du contrôle interne au quotidien.La formation leur apporte des outils concrets à utiliser ; encore faut-il que les acquis soient mis en pratique concrètement. C’est là que l’apport de l’EN3S est déterminant. Mais sur un plan général, le recours à l’EN3S est aussi – et c’est ce que je recherche – une ouverture vers l’extérieur, après tant d’années d’autarcie.

 

 
GN : L’intérêt de l’EN3S, outre sa notoriété et sa légitimité dans l’Institution, réside dans sa parfaite connaissance de nos métiers, de la production et des contraintes réglementaires spécifiques dans lesquelles nous évoluons. Son approche pragmatique et innovante en des domaines très variés correspond tout à fait à ce que nous recherchons car nous sommes dans une dynamique de changement. En outre, toute formation est l’occasion d’échanges entre les participants issus de branches et d’organismes différents. C’est pourquoi nous privilégions, quand cela est possible, les formations communes inscrites dans le catalogue de l’EN3S.
Nos attentes sont à la fois étendues et précises ; l’EN3S a une offre de services très complète. La disponibilité et le savoir-faire de ses collaborateurs pour la définition des besoins, ses relations avec les formateurs externes ou internes à l’Institution, permettent de gagner en temps et en qualité de service. Ceci d’autant que nos projets ont une logique d’ensemble qui nécessite une réelle programmation pédagogique.
Actuellement, l’EN3S nous accompagne sur notre problématique de suivi de la production ; après un premier échange dans nos locaux, suivi d’un rendez-vous téléphonique avec un prestataire sélectionné par l’Ecole, notre besoin a été bien compris et analysé. Se mettent en place les contours d’une formation sur le pilotage et l’animation de la production, en plusieurs étapes.

 

* La CAMIEG, la CPRPSNCF, la CRPCEN, la CNBF ou encore la CAVEC ont notamment participé à des actions de formation continue EN3S durant l’année 2015.

 

 

Pour aller plus loin :
http://www.cnbf.fr/fr/la-cnbf-11/le-pacte-social-81
http://www.regimesspeciaux.org/spip.php?article91

Article et interviews réalisés par Florence Beneventi, Gabriel Pannier et Anne-Clémence Valette, responsables de projets En3s